Les céréaliers

Le céréalier est chargé d’une exploitation agricole dont la dominante est céréalière : maïs, blé, etc. Professionnel, il est, parfois, un véritable chef d’entreprise. De ce fait, hormis son exploitation, il peut travailler en réseau avec les coopératives ou/et les autres structures professionnelles (chambre d’agriculture, agences techniques de conseil, fournisseurs…etc.).


Exerçant son métier en plein air, le céréalier s’emploie à la réalisation des travaux nécessaires à la production dans une exploitation spécialisée en culture céréalière. Au quotidien, il déploie des efforts physiques lors de la manipulation des produits phytosanitaires et des engrais ou de matériels et des semis.


Pour cela, il doit savoir choisir ses semences, alterner ses cultures, préparer son matériel, suivre avec attention les parcelles ensemencées afin de mieux prévenir les maladies, les attaques de parasites et autres risques susceptibles d’anéantir sa récolte.


Informé et vigilant aux conditions météorologiques, il sait lancer la moisson dans le meilleur créneau pour réussir le stockage des grains dans les meilleures conditions. C’est une personne bien au fait des normes, des lois et des règlements qui s’imposent pour les céréales afin d’orienter ses productions dans le sens d’une culture respectueuse de l’environnement et d’une production qui réponde au mieux des attentes des consommateurs.


Au cœur de l’innovation, il maîtrise la stratégie de protection qui concilie production, respect de l’environnement et sécurité alimentaire. Il doit savoir utiliser le stimulateur naturel des défenses contre les maladies des céréales comme le blé qui a été homologué par l’Union Européenne. Dans l’exécution de ses tâches, il doit prendre en compte la trilogie suivante : qualité technologique, qualité sanitaire et qualité environnementale.


Organiser le travail, déléguer certaines tâches ou s’appuyer sur le collectif, pour aller plus loin, relèvent aussi de ses attributions fondamentales.